Kasaï Central : à Kananga, l’ONG Enfant-Avenir implique les acteurs des institutions dans la protection contre l’exploitation et Abus sexuels  

Un atelier inter institutionnel sur la protection à l’exploitation et Abus sexuels (PEAS) a été organisé mardi 16 mai à Kananga à l’intention des cadres de l’administration publique, leaders religieux, représentants de la société civile, police nationale Congolaise et ceux de partis politiques.

L’initiative de l’organisation non gouvernementale ‘’Enfant-Avenir’’ avait pour but de renforcer les capacités des responsables des institutions  engagés dans la prévention et réponse et l’exploitation et aux Abus sexuels, y compris les mesures de rapportage et mécanismes de plainte.

L’atelier d’un jour ouvert et fermé par la ministre provinciale en charge du genre, était aussi un cadre d’échanges d’expériences sur la thématique PSEA en milieu professionnel. Quelques modules ont été développés à l’intention des participants dont celui lié à la démystification des relations en situation de déséquilibre du pouvoir.

La ministre Rose Nkashama a demandé aux participants de se servir des connaissances reçues au cour de cet atelier pour préserver la dignité de la femme et celle de la jeune fille en milieu de travail et , surtout dans une région post conflit.

‘’La crise humanitaire qu’a connue l’espace Kasaï, de suite du conflit meurtrier de Kamuina Nsapu a, exacerbé des Violences basées sur le Genre. Mais, lorsque la réponse humanitaire s’intensifie, le risque des exploitations et abus sexuels augmentent aussi ; c’est pourquoi il est important de vous amener à prévenir ce fléau dans vos institutions respectives’’ Explique la ministre.

Pour Pierre Bibombe, Coordonnateur pays de l’ONG Enfant-Avenir, la thématique PSEA étant devenue transversale, il est impérieux pour ceux qui exercent les pouvoirs, ne puissent en abuser  sur les vulnérables.

‘’Certaines femmes se plaignent et ont peur d’affronter la politique de peur d’être utilisé comme maitresses des fédéraux et leaders des partis politiques. Ces choses doivent changer, voilà pourquoi au cour de notre atelier, nous avons associés les acteurs des organisations politiques’’  Conclu Pierre Bibombe.

Des participants ont pris l’engagement de restituer le message à leur base et, de se faire acteurs dans la prévention des actes d’exploitation et Abus sexuels (PSEA) en milieu professionnel.

Cette activité rentre dans l’exécution du projet PSEA financé par le bureau des affaires humanitaires de l’USAID à travers le Fonds des Nations-Unies pour la population (UNFPA).

Par Bernard P     

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *