Kasaï Central : le projet sur le relèvement socio-économique et participation politique des femmes dans le contexte de consolidation de la paix lancé par la Fondation Femme Plus

La Fondation Femme Plus a lancé Jeudi 28 Mars 2024 à partir de Kananga, le projet de Relèvement socio-économique et la participation politique des femmes et jeunes filles dans le contexte de consolidation de la paix dans la province du Kasaï Central.

Financé pour une durée de 24 mois par le ‘’Fons des Femmes pour la paix et actions humanitaires’’ à travers ONU FEMME, ce projet qui sera exécuté à Kananga, Demba et Dibaya a comme objectif : permettre aux femmes victimes de violences sexuelles et des conflits armés à relancer leurs activités génératrices des revenus dans le contexte de la consolidation de la paix.

Selon Mme Félicité Ndaya, directrice de la Fondation Femme Plus au Kasaï central, des femmes qui seront ciblées dans les trois zones d’interventions vont, bénéficier des formations professionnelles avec pour finalité s’organiser en mutuelle de crédit et d’épargne pour leur autonomisation.

Les structures institutionnelles des femmes, seront également outillées . Ajoute Félicité Ndaya.

‘’Nous travaillons avec la division provinciale du Genre et le conseil provinciale de la femme. C’est à travers ces structures que nous mettrons la main sur les femmes leaders qui vont bénéficier des nos formations. Nous allons aussi travailler avec des autorités traditionnelles dans les territoires’’ a t-elle expliqué

Présent à cette activité, la ministre provinciale du Genre a salué l’implémentation de ce projet par la Fondation Femme plus. Dr Aimerance Kalubi espère que ce projet va de manière considérable améliorer la situation économique et politique  de la femme et jeune fille du Kasaï central.

Sachez que la Fondation Femme Plus (FFP) est une ONG spécialisée dans l’accompagnement psycho social des personnes. Elle a été créée le 31 juillet 1994 à l’initiative des femmes congolaises en réponse aux difficultés vécues par les veuves du VIH/SIDA.

Par: Bernard Padikuba  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *